top of page
  • Photo du rédacteurTristan

Le vaste et complexe sujet des matières grasses

Date de publication : 25/10/2022





Pour commencer les explications, il faut comprendre que les matières grasses dans l’alimentation sont un ensemble d’acides gras dont certains nous sont essentiels car ils sont impliqués dans certains processus cellulaires et ne sont pas produits par notre corps. Ils sont aussi nécessaires pour absorber certains minéraux et vitamines. Ils doivent donc être pris au travers de l’alimentation. Dans ces acides gras, il y a trois grandes catégories, les acides gras saturés, insaturés, ou trans. Ces derniers sont aussi séparés en sous-catégories en fonction de la longueur de la chaine de molécule formant l’acide en question, ainsi que le nombre de doubles liaisons. Ils peuvent se trouver dans les produits venants d’animaux tels que la viande ou les produits laitiers, ainsi que les produits végétaux tels que les noix ou les graines.


Beaucoup d’informations diverses et parfois contradictoires circulent en permanence sur les « bonnes ou mauvaises graisses ». C’est en raison des recherches scientifiques effectuées au cours du temps montrant des résultats différents en fonction des protocoles utilisés ainsi que des marqueurs mesurés. Cela rend la compréhension et le choix difficile lorsqu’on doit acheter un produit.


Depuis de nombreuses années, de nombreux messages nous poussent à diminuer notre consommation de lipides dans notre alimentation. Cela a mené de nombreuses marques à créer des produits avec 0% de matières grasses. Cependant, certaines de ces marques ont rajouté des glucides sous forme de sucres pour améliorer le goût de ces derniers. Par conséquent, il n’y avait aucune réelle amélioration du produit. De plus, comme évoqué précédemment, certains acides gras sont essentiels pour le bon fonctionnement de notre corps et sont donc à inclure dans l’alimentation.


Un autre message qui a été de plus en plus présent ces dernières années est le fait de diminuer au maximum notre consommation d’acides gras saturés car étant dangereux pour la santé. Certes, certains acides gras saturés peuvent être dangereux, cependant, ceux ayant une chaine de molécules courte ou de moyenne taille ne seraient pas associés à des problèmes de santé. Ces derniers étant présents dans de nombreux produits laitiers, ou bien certaines huiles telles que l’huile de coco, il est important de savoir que ces produits peuvent être mangés avec modération sans complications médicales pour la plupart de la population.


Beaucoup d’études s’accordent tout de même que remplacer une partie des apports en acides gras saturés par des acides gras monoinsaturés ou polyinsaturés pourrait diminuer différents risques de maladies tel que certains cancers, maladies inflammatoires ou cardiovasculaires. Les acides gras monoinsaturés peuvent être trouvés principalement dans l’huile d’olive, de canola ou d’arachide, dans les avocats, ainsi que dans certains fruits à coque (amandes, pecans, noisettes) et graines (sésame ou courge). De leur côté, les acides gras polyinsaturés peuvent se trouver dans des huiles comme l’huile de tournesol, de maïs, de soja ou de lin, ainsi que dans les noix, les graines de lin, ainsi que dans certains poissons (saumon, anchois, hareng, ou maquereau par exemple). Par conséquent, pour suivre les recommandations, il est possible d’échanger l’utilisation de beurre par de l’huile de lin par exemple.


Dans le groupe des acides polyinsaturés, il y a aussi deux catégories importantes qui sont les oméga-3 et oméga-6. Ils sont essentiels au bon fonctionnement de notre organisme. D’après les observations des études scientifiques, il serait important de garder un ratio qui se situe entre une et quatre fois plus d’oméga-6 que d’oméga-3 car cela réduirait les risques de maladies inflammatoires, maladies auto-immunes, certains cancers ou maladies cardiovasculaires. Par exemple, si vous utilisez de l’huile de tournesol, préférez l’utilisation d’huile de colza pour de vos repas. Les huiles de lin, cameline ou chanvre contiennent une grande proportion d’oméga-3. L’apport peut aussi se faire au travers des noix, certaines graines (courge, citrouille, chia, ou lin), et certains poissons gras (saumons, sardines, harengs, anchois, maquereaux).


Une autre chose à laquelle il faut faire attention lors de l’utilisation de matière grasse est de ne pas dépasser leur « point de fumée ». Lorsqu’une matière grasse fume, cela signifie qu’elle se dégrade et n’est plus stable, ce qui engendre la formation de certains composés nocifs. C’est pour cela qu’il faut éviter de faire frire des aliments. Une dernière chose sur laquelle s’accorde la majorité des scientifiques est que les acides gras trans sont à bannir car étant dangereux.


Pour conclure, il est toujours difficile de démêler le vrai du faux avec les acides gras car les connaissances scientifiques changent constamment. Cependant il y a quelques notions à connaitre pour pouvoir choisir ses matières grasses. Il faut favoriser la consommation d’acides gras insaturés et garder dans cette catégorie un bon rapport entre oméga-3 et oméga-6. Dans la catégorie des acides gras saturés, il faut opter pour ceux qui ont la chaine de molécule la moins grande, qui peuvent être repérés car étant liquide à température ambiante. Pour conclure, il est important de varier ces apports et c’est peut-être ça le meilleur conseil. Il me doit aussi de vous rappeler que ces conseils ne sont en aucun cas un traitement en cas de maladie. Dans ce cas précis, suivez les indications prescrites par votre médecin.



コメント


bottom of page